De nombreuses applications majeures ne prendront pas en charge Vision Pro au lancement, et maintenant ?

Image : Méta/Apple

L’article ne peut pas être activé avec JavaScript. Vous pouvez également activer JavaScript dans votre navigateur et sur la nouvelle page.

Apple Vision Pro sera lancé sans prise en charge étendue des applications. C’est un problème que Meta Quest rencontre depuis des années. Mais il existe une solution à long terme.

Depuis la semaine dernière, il est devenu clair que Vision Pro serait lancé sans le support total de certaines des applications de streaming les plus importantes comme Netflix, YouTube et apparemment Spotify.

Non seulement il n’y aura pas d’applications Vision Pro natives pour ces plates-formes lors du lancement du casque Apple. Même les versions iPad de Netflix, YouTube et Spotify ne seront pas disponibles sur l’appareil, selon Bloomberg.

La plupart des applications iPad sont compatibles avec Vision Pro sans aucun effort de la part du développeur, c’est pourquoi le casque prendra en charge plus d’un million d’applications iPad au lancement. Cependant, les développeurs ont la possibilité de désactiver cette compatibilité et de ne pas rendre leurs applications iPad disponibles pour Vision Pro.

Netflix, YouTube et Spotify ont annoncé qu’ils le feraient avant le lancement du 2 février. Par conséquent, les utilisateurs de Vision Pro devront utiliser un navigateur Web s’ils souhaitent accéder à ces services sur le casque. Il est encore possible que des applications natives pour ces plateformes soient publiées ultérieurement, mais apparemment ce ne sera pas le cas au lancement.

De nombreuses applications majeures manquent

Netflix, YouTube et Spotify ne sont pas les seules grandes applications manquantes : MacStories a rapporté la semaine dernière que 46 des applications les plus populaires de l’App Store n’auront pas d’équivalent Vision Pro natif au lancement, et seulement un tiers sera disponible en version iPad. . Meta n’a pas non plus annoncé la prise en charge de Vision Pro pour Facebook, Instagram et Whatsapp.

Le cabinet de recherche Appfigures a identifié un peu moins de 200 applications de lancement natives de Vision Pro (au 22 janvier 2024), mais la plupart d’entre elles proviennent de développeurs indépendants. Cependant, ce nombre devrait augmenter avant le lancement. Les versions Native Vision Pro d’Office 365, Tiktok, Disney+, Max, Peacock, Amazon Prime Video et IMAX sont confirmées. Apple lui-même apporte également des applications Vision Pro natives à Vision Pro, y compris des applications de base telles que Safari, Photos, Musique, Mail, Messages, TV et plus encore.

Vision Pro est commercialisé comme un home cinéma personnel, un lecteur multimédia immersif et un ordinateur spatial, mais le manque de support de la part des principales plateformes et développeurs rend cette vision moins crédible.

Il y a plusieurs raisons à cette réticence à prendre en charge Vision Pro. Premièrement, on ne sait toujours pas dans quelle mesure le casque sera bien accueilli par les consommateurs. C’est cher et Apple ne serait en mesure de produire qu’un demi-million d’unités la première année. Deuxièmement, certaines applications et développeurs majeurs voudront peut-être punir Apple pour ses politiques et frais sur l’App Store. Dans le cas de la toute nouvelle plateforme Vision Pro, Apple dépend davantage du support des développeurs que l’inverse.

Meta Quest a le même problème

En ce qui concerne la prise en charge des principales applications, Meta Quest semble encore plus sombre. La plate-forme basée sur Android propose des applications VR natives pour YouTube et Netflix, bien que cette dernière soit obsolète et n’ait pas été maintenue depuis des années. Il existe également deux douzaines d’applications bien connues disponibles sous forme d’applications Web. Il s’agit notamment de Word, Excel, PowerPoint, Slack, Facebook, Instagram et Whatsapp.

Bien que les casques Meta’s Quest se soient vendus à plus de 20 millions d’unités, la plate-forme reste une niche par rapport aux autres grandes catégories d’appareils. Cela signifie que développer et maintenir des applications Quest natives n’en vaut pas (encore) la peine pour Netflix and Co.

Avec l’aide de Google, davantage d’applications Android pourraient devenir compatibles avec Meta Quest, mais une demande de Meta visant à amener le Play Store sur Quest a été refusée selon le CTO de Meta. Pour des raisons stratégiques, Google pourrait réserver une prise en charge plus large des applications pour le prochain casque de réalité mixte de Samsung.

Apple, Meta et Google doivent coopérer

Comme vous pouvez le constater : chaque acteur majeur fait ce qu’il veut, entravant la croissance de l’industrie naissante de la réalité virtuelle.

Apple, Meta, Google et Samsung ont tous le même objectif : combler le fossé paradigmatique entre l’informatique traditionnelle (smartphones, tablettes, ordinateurs portables et ordinateurs de bureau) et l’informatique spatiale (casques VR et AR). La seule façon d’y parvenir est que les applications existantes trouvent leur chemin vers les nouveaux appareils, afin que les consommateurs ne se sentent pas déconnectés de leurs applications préférées lorsqu’ils mettent un casque.

Ce n’est qu’à ce moment-là que les masses seront prêtes à passer plus de temps dans les casques, voire à y passer complètement. Apple, Meta et Google doivent travailler plus étroitement ensemble pour y parvenir. Une fois qu’une masse critique d’utilisateurs sera atteinte, les principales plateformes comme Netflix, Spotify et d’autres emboîteront le pas et lanceront des applications natives pour casques.